dissabte, 26 de setembre de 2020

De foc i fum

De foc i fum, un capvespre
des de la caseta. Olor de nous
i de castanyes torrades.

S'han plegat les hamaques
i l'herba té desig de neu.
Un conillet ros es pentina.

La llar de foc ja dóna calor.
Tota llengua farà foc, com deia
l'antic carnisser de Sallagosa.

divendres, 25 de setembre de 2020

Dóna nous / Donne des noix

Dóna nous als nanos
i corre, corre, corre.

Dóna plomes als cecs
i sent, sent, sent.

Dóna ales als tímids
i ama, ama, ama.

***

Donne des noix aux gamins
et cours, cours, cours.

Donne des plumes aux aveugles
et entends, entends, entends.

Donne des ailes aux timides
et aime, aime, aime.

Je n'ai jamais su

Je n'ai jamais su sauter 
à cloche-pied, et pourtant
j'en parle, avec légèreté.

Je n'ai jamais su grimper
à la corde, et pourtant 
j'écris, en funambule.

Je n'ai jamais su dessiner
à main levée, et pourtant
je croque la vie, au débotté.

Oscuros

Ruido oscuro,
de grava pisada
a la medianoche.

Rumor profundo
de oleaje oscuro
a orillas del mar.

Crujido de nueces
para niños buenos,
de sueño oscuro. 

Ces heures

Ces heures que l'on gagne,
sur la nuit noire, 
ou le petit matin.

Ces heures que l'on vole,
par un hasard insomniaque
ou la grâce d'un larcin

délibéré. Ces heures comme
des minutes ou de longues années
que l'on peuple de figurines

de papier, sans arme, ensanglantées
de bleu des mers du sud ou de noir
de Chine. Ces heures bénies. Et si réelles.

Comme on joue

Comme on joue à cloche-pied,
une méthode pour apprendre,
sans nul effort, le français.

Ignorante des chapeaux graves
ou aigus et des sons ouverts
ou fermés. Une méthode apprise

d'un petit prince gris, dans une
grotte obscure, ou d'une sorcière
orange juchée sur un vieux caroubier.

Com seran? / Comment seront ?

Com seran les nits sense cap poema,
quan siguem junts, a la mitja lluna?
Com seran aquelles hores de silenci

a la caseta estimada que cadascú porta
dins del cor? Com seran el cel estrellat
i la lluna compartida, a mitges? 

Hores beneïdes de prestatges vius i muts,
plens d'alliberament. Una caseta al fons 
d'un pati verge, amb arbres quiets i fondos.

***

Comment seront les nuits sans nul poème,
quand nous serons ensemble, à la demi-lune ?
Comment seront ces heures de silence

dans la petite maison aimée que chacun porte
dans son cœur ? Comment seront le ciel étoilé
et la lune partagée, à moitié ?

Heures bénites de rayonnages vivants et muets,
plein de libération. Une petite maison au fond
d'une cour vierge, avec des arbres calmes et profonds. 

dimecres, 23 de setembre de 2020

Ne cours pas

Ne cours pas, la terre est meuble
sous tes pas. Éprouve l'empreinte
de la semelle crantée dans la glaise,

joue de la cheville et du talon. Ose.
Ose te planter, jusqu’à ce qu'un bruit
saugrenu de ventouse te sépare du

soulier embourbé. Alors, à cloche-pied,
en chaussette à rayures tricolores,
tu te dégageras et riras de ta gaucherie.

Anònim

T'he deixat dormir. A les fosques,
suposo, i m'he assegut a la taula
de fusta clara. En silenci. Sol.

He esperat uns minuts, per sentir,
sota els dits la molsa gruixuda
de la nit. Aleshores he escrit,

com ara, tractant de franquejar
la frontera cega entre llengües.
Un viatge oníric, a passes lentes,

cap a un indret petit i anònim
on m'explicaves el nom de cada
arbre, de cada ocell. No els podia

memoritzar tots i acabava per cedir,
fixant-me en el gra de la teva veu
greu amb punxades agudes. Quan he 

tornat, la taula m'esperava, amb la
pantalla encesa i el teclat cruixent.
Dels dits em sortien branques i arrels.

dimarts, 22 de setembre de 2020

Prosa i versos

I si ens guiéssim de la mà,
com de nit per un camí molt
fosc. Escrivint, teclejant,

entrecreuant dits i sospirs,
vivint cada pàgina com la
darrera. O la primera.

I si ens encaminéssim ambdós,
com de dia cap a un riu fred
i ombrívol, on perdríem la sed.