lundi 31 août 2020

Entre dos lenguas

Entre dos lenguas nuestras,
escogí una tercera, porque
te ibas durmiendo, rendida

por la vuelta al trabajo y
los quehaceres de un lunes
de casi otoño. Me dijiste

«Bonne nuit !», te contesté
lo mismo y la lengua tercera
me invitó a sentarme cómodo

para escribirte, cosas nimias,
tan tiernas como la sonrisa
milagrosa de un niño al salir

del colegio, el último día del
curso. No fue un día cualquiera,
fue un día de estima. Muy repetible.

Arribaran

Arribaran postes de sol
borroses, boiroses o plujoses,
cada dia més aviat,

fins a la cinc de la tarda lorquiana,
tot just abans del pessebre vivant,
a Eus o al poble de tota una vida.

Arribaran postes de sol,
glaçades, gebrades o nevades,
mes sempre les contemplaràs tu.

Posta de sol

El sol tardaner
s'ha trobat un barret blanc
i balla com balla...

Une bonté

À D. et R.

Dans l'immensité de la nuit,
comme une lune burinée, une
bonté. Lèvres closes, yeux

grand ouverts, le cheveu rare,
hâtivement ensaché. Nul mot,
juste une attention, pérenne.

Le regard est celui du géographe
attentif et de l'amant attentionné.
Quand le vide est un plein : dragă.





















By courtesy of Jean-François Caplat

dimanche 30 août 2020

Petjades per la costa / Pas sur la côte

Lenta, penetrant, la pluja
va desdibuixant les passes
llargues de les dues amigues.

No la veuen, la senten córrer
pels seus somriures d'anys.
Tantes llunes de complicitat

com granets de sorra dessota
la sola de les sabates. La mar
és grisa i l'amistat infinita.

***

Lente, pénétrante, la pluie
efface peu à peu les pas
longs des deux amies.

Elles ne la voient pas, elles la sentent couler
sur leurs sourires sans âge.
Tant de lunes de complicité

comme des grains de sable sous
la semelle de leurs chaussures. La mer
est grise est l'amitié sans fin.

samedi 29 août 2020

D.R.O DRO

B.A BA, tu apprends ma langue,
patiemment et l'alphabet défile
sagement. Et puis, tout à coup,

tu mélanges les lettres au hasard.
D.R.O DRO : D.O.R DOR. Il dort le
dromadaire d'un œil et sur sa bosse.

S'il était chameau (C.H.A CHA),
il dormirait sur ses deux bosses
et de ses deux yeux. Et s'il était

chat, il aurait sept vies pour, avec
toi, parcourir cette ville et y rêver.
R.E.V. REV : V.E.R. VER. Été et hiver.

A paso de buey

A paso de buey manso,
con el alma sosegada,
avanzaban entrambos

por la senda angosta.
Sin ningún silencio,
entrelazando con gracia

sus palabras cual parra
al sol. No pararon nunca
y la Tramontana amainó.

Nomadamistat

No hem deixat mai
de recòrrer terres
i continents.

Una amistat de passes
llargues o de peuets
embruixats. De dia

com de nit. En plena
llum o a les fosques.
En veu alta i aguda

o xiuxiuejant greu.
He vist com el temps
es feia més profund

i més lleuger, vora
els teus rínxols
apaivagats o bruscament

embogits. últims mots
del dia i primeres
paraules de l'alba.

Caragolina

Dansant vora el mar,
s'embriaga de ruixats
i cull uns cargols.

***

En dansant au bord de la mer,
elle s'enivre d'averses
et cueille des escargots.

LA VIE SE DANSE

La vie ne se vit pas, la vie se danse,
aujourd'hui tu es là, et demain, va savoir...
le soleil qui, à contre-jour, illumine les circonstances
me fait comprendre que la vit ne se vit pas, la vie se danse.
Prends le cap que le cœur te désigne,
évite les égards, les expressions trompeuses,
navigue sur la vaste mer, bien calme est ta lubie.
Il arrive que parfois la vie se vive
mais il te faut la danse

En ce moment même, il y a quelqu'un qui regrette
l'immensité de la vaste mer,
et veut revenir mais il se heurte aux vagues qui ne pardonnent pas,
alors vis et survis ta danse,
alors vis et survis ta danse.

© Raül Benéitez Casañas, traduit du catalan
    par Michel Bourret Guasteví


Tinc un mocador petit / J'ai un petit mouchoir

Tinc un mocador petit,
de flors i fulles estampat,
una peça de teixit fi

per apaivagar-me a la nit.
No eixuga els mocs, ni esborra
els plors mes m'acompanya

gràcil pel camí de la vida.
Tinc un mocador petit,
de fulles i flors teixit.

***

J'ai un petit mouchoir,
de fleurs et de feuilles imprimé,
une pièce en tissu fin

pour me rasséréner la nuit.
Il n'essuie pas la morve, ni efface
les pleurs mais il m'accompagne

gracile sur le chemin de la vie.
J'ai un petit mouchoir,
de feuilles et de fleurs tissé.

De síndria i taronja

De síndria i taronja
se'm pinta el cel.
Sucre fos i acidesa

sobtada. Tantes hores
a les fosques, guardant
en un pot de vidre clar

el sol viu de l'estiu
i el gruix de les molses.
De síndria i taronja...


Pluie de fin d'été

Que la pluie est belle,
qui longtemps se fit
attendre. La terre hoquette

devant sa profusion
et le ciel se fait noir
sans lune ni astre.

Il est temps de penser
à des lectures fortes
puis de cheminer, grave

ou léger, de Capharnaüm
à Jérusalem d'encre et
de papier. Définitivement.

vendredi 28 août 2020

Ponts i teixits / Ponts et tissus

a R. i R.

«Els ponts són llocs de pas 
per a tothom. I no retenen 
ningú.» Comença a ploure

sobre la meva ciutat lacustra
i penso en les teves paraules
de la tarda. Pont-canal rialler

on passen les gavarres plenes
de blat xeixa o de carbó gras,
deixant orfe el riu costaner

abans que una parella d'enamorats
amb paraigües es decideixin a
passejar-s'hi lentament. Teixits...

***

«Les ponts sont des lieux de passage
pour tout le monde. Et ils ne retiennent
personne.» Il commence à pleuvoir

sur ma cité lacustre
et je pense à tes mots
de l'après-midi. Pont-canal riant

où passent les péniches pleines
de blé tendre ou de charbon gras,
laissant orphelin le fleuve côtier

avant qu'un couple d'amoureux
à parapluies décident de
s'y promener lentement. Tissus...

En deux langues

L'attente est délice
i l'espera un patiment.
Deux cœurs, un sol cor.

Dans la prairie

Dans la prairie, des mottes
de terre fraîchement écloses.

Au-dessous, les galeries aveugles
de quelque discrète taupe.

L'herbe est grasse et tu y marches
pieds nus, ignorant de la taupinière

le joyeux devis. Petites pattes griffues,
dans la glaise grasse, comme nos mains
rapprochées sur deux claviers distants.

Com un rierol silenciós / Comme un ruisseau silencieux

Com un rierol silenciós,
al fons d'una cova cega,
sento l'amor que baixa

pels meus dits, buscant
la molsa sàvia d'un bru
infinit. Plaer dels mots

creuats, al cau de l'orella,
de nit o a la matinada i
de la caminada lleugera

que dibuixava el nostre món.
Com un rierol silenciós,
al fons d'una gruta viva.

***

Comme un ruisseau silencieux,
au fond d'une grotte aveugle,
je sens l'amour qui dévale

mes doigts, en quête
de la mousse savante d'un brun
infini. Plaisir des mots

échangés, au creux de l'oreille,
la nuit ou au petit matin et
de la promenade rapide

qui dessinait notre monde.
Comme un ruisseau silencieux,
au fond d'une grotte vivante.


À ce tournant du chemin

Le chemin que je laisse en arrière est long,
plein de sentiers et de graves promenades,
d'escarpements et de vertes vallées,
escaladant des montagnes et des lopins.

Et à ce tournant qu'est pour moi l'aujourd’hui,
je m'assieds et pleine de reconnaissance pour le
terrain rocheux, je m'abreuve à mes larmes de sel
et je prends la route. Le chemin est un raccourci.

© Roser Blàzquez Gómez, traduit du catalan par
M. Bourret Guasteví

http://pescamots.blogspot.com/2020/08/en-aquest-tombant-del-cami.html?m=1



Llengua / Langue

La llengua de les papallones
no es deixa atrapar. Per molt
que ho volguéssin els homes

sense pietat. Però ja sé que tu
l'acarícies i la parles. Un miracle
d'atenció i d'afecte quan l'estiu

fresc i moll ja invita la tardor.
La llengua de les papallones
no es deixarà atrapar. Ni tu.

***

La langue des papillons 
ne se laisse pas prendre.
Les hommes sans pitié ont

beau le vouloir. Mais je sais que 
tu la caresses et la parles. Un miracle
d'attention et d'affection quand l'été

frais et humide invite déjà l'automne.
La langue des papillons
ne se laissera pas attraper. Ni toi.

Renacuajos insomnes

No puedo dormir,
es la hora placentera
de juncos infinitos

i de lecturas mil.
Nedan renacuajos
por la charca pequeña.

No me atrevo a decir nada.
Escucho y me dejo ir. Por
esas altas montañas donde

el musgo es tapiz y el viento
un aliado. Aquí abajo, las aguas
los recuerdan y no puedo dormir.

Pots

De vidre i de colors
guardats com un tresor
a la fosca nevera.

Sucre fos i fruites en conserva.
Els pots esperen la tardor
amb confiança i serenor.

Vindran hores violeta i dies
mil. Aprendrem que la solitud
no és aillament. Els obriré,

grocs, rojos o delicadament
ataronjats i em parlaràs de les
hores d'estiu a la basseta tendra.

***

En verre et couleurs,
gardés comme un trésor
au fond du frigo sombre.

Sucre fondu et fruits en conserve.
Les pots attendent l'automne
avec confiance et sérénité.

Il viendra des heures violette et
des tas de jours. Nous apprendrons que la solitude
n'est pas l'isolement. Je les ouvrirai,

jaunes, rouges ou délicatement
orangés et tu me parleras des
heures d'été sur le tendre petit bassin.

jeudi 27 août 2020

Uns farcits

Amb carinyo i amor,
un perol de farcits bons
per a ta família.


Carline, clarine

Carline, clarine,
les deux faces blondes
d'une même monnaie.

Le soleil dans les champs,
le cuivre doux au cou des
lourds bestiaux.

Un même silence qui chante
l'éternité dans le pas, lourd
ou léger, d'étranges randonneurs.

Un còdol

Un còdol petit i fosc,
entre trapezi i quadrat,
que cap en la mà i a casa

l'escalfa amb el tendre record
de la blava fredor de la basseta.
Una llisor feta de mil arrugues

i una lleugeresa que pesa en la
butxaca. Un miracle en petit, com
una medalla de sant en la blancor.


Com un pa d'apòstol / Comme un pain d'apôtre

Com un pa d'apòstol, partit en dos,
el segle s'atura i et ret homenatge.
Anys de labor i de massa llevada,

encontres decisius, cants angèlics
dins l'església petita, una guitarra
desenfundada, acompanyaments materns.

Com un pa d'apòstol, de molla grassa
i olorosa, l'avenir s'obre i et somriu.
Els anys passen volant i la vida es dansa.

***

Comme un pain d'apôtre, rompu en deux,
le siècle fait halte et te rend hommage.
Des années de labeur et de pâte levée,

des rencontres décisives, des chants angéliques
dans la petite église, une guitare tirée
de sa housse, des accompagnements maternels.

Comme un pain d'apôtre, à la mie grasse
et odorante, l'avenir s'ouvre et te sourit.
Les années passent vite et la vie se danse.

Lectures del matí / Lectures du matin

Lectures del matí, a porta tancada.
Esquellot greu de l'església aquí
baix. Costa girar pàgines amb dits

glaçats. Lectures estimades, visites
conegudes, a cada banda de la frontera.
La porta s'obrirà, amb olor de cafetera

i obriràs l'ordinador que creien mort.
La pantalla com un mirall. Dels rierols
creuats, de la basseta. I de les lectures.

***

Lectures du matin, la porte close.
Grave clarine de l'église d'ici-bas. 
Il en coûte de tourner les pages avec

des doigts glacés. Lectures aimées, visites
commues, à chaque côté de la frontière.
La porte s'ouvrira, sur l'odeur de la cafetière

et tu ouvriras l'ordinateur que l'on croyait mort.
L'écran comme un miroir. Des ruisseaux
traversés, du petit bassin. Et des lectures.

mercredi 26 août 2020

Rere / Derrière

Rere les meves paraules,
un desig d'eternitat.
Capcirons com llumins.

Campanades de les quatre,
entre boira i son apaivagat,
obaga i solana, a la llum 

de la mitja lluna es confonen.
Ja et trobo a faltar i ben sé
que sempre ens retrobarem.

***

Derrière mes mots,
un désir d'éternité.
Les bouts comme des allumettes.

Cloches à quatre heures du matin,
entre brume et sommeil apaisé,
ubac et adret, à la lueur

de la lune se confondent.
Tu me manques et je sais bien
que toujours nous nous retrouverons. 

Converses / Conversations

Converses del vespre,
entre sol i lluna. El sofà
és catifa voladora

i els teus peus, descalçats,
caminen pel sender verd.
Parpelles com telons

d'un teatre reduït on cadascú
és actor i espectador espantat.
Tendra dolçor de l'enciam cru.

***

Conversations du soir,
entre soleil et lune. Le canapé
est un tapis volant

et tes pieds, déchaussés,
cheminent sur la sente verte.
Des paupières comme les rideaux

d'un théâtre réduit où chacun
est acteur et spectateur effaré.
Tendre douceur de la salade crue.

Saba / Sève

Per acompanyar-te,
uns versos de la nit fosca
amb sabor de saba.

***

Pour t'accompagner,
quelques vers de la nuit noire
à la saveur de sève.

mardi 25 août 2020

Com una cabellera embruixada / Comme une chevelure ensorcelée

Com una cabellera embruixada,
ens freguen les fruites rogenques
dels llentiscles de Sant Feliu.

Lentitud sagrada de la caminada,
olors beneites d'orenga bona
i espígol entremaliat. Silenci.

Són les dotze, dia del Senyor.
Seguirem la cursa del sol,
l'aire serà de sofre diabòlic.

***

Comme une chevelure ensorcelée,
nous voici frôlés par les fruits rougeâtres
des pistachiers de Saint Félix.

Lenteur sacrée de la longue promenade,
odeurs bénies du joyeux origan
et de la lavande espiègle. Silence.

Il est douze heures, jour du Seigneur.
Nous suivrons la course du soleil,
l'air sera de soufre diabolique.



Has sortit

Has sortit a contemplar les muntanyes
i escoltar el so greu i lent de les
campanes del poble.

Fredor de l'aire, com un tall de navalla,
sorolls lleus del món que s'aixeca i et fa
companyia. Plaer immens de qui escriu,

al caliu de la casa, sense sortir, i tasta,
en imaginació, el gust cremant d'un cafè
compartit. Àgape. El dia pot començar.

lundi 24 août 2020

Nostàlgia pressentida / Nostalgie pressentie

Ja penses en la carlina resseca
clavada a la porta de casa per
rebutjar la infortuna,

peró, de moment, la flor solar
es deixa libar per abelles
vagabundes. Més enllà, a la

solana, amb les moltes persianes
tancades, els ruscs les esperen
per convertir el sol en or.

***

Tu penses déjà à la carline desséchée
clouée à la porte de ta demeure pour
repousser l'infortune,

mais, pour ke moment, la fleur solaire
se laisse butiner par des abeilles 
vagabondes. Plus loin, sur

l'adret, les volets
clos, les ruches les attendent
pour transformer le soleil en or.


Una basseta / Un petit bassin

A dalt de tot, amagada
al cau d'una vall estreta,
una basseta neix de la mandra

sobtada del riu que juga amb un
grapat de capgrossos grassonets.
Aigua clara amb gemmes glaçades

de códols quiets que esperen
la teva mà generosa i la nostra
migdiada improvisada, a la fresca.

***
En haut de tout, caché
au creux d'une étroite vallée,
un petit bassin naît de la paresse

soudaine de la rivière qui joue avec
une poignée de têtards grassouillets.
Eau claire avec des gemmes glacés

de galets tranquilles qui attendent
ta main généreuse et notre
sieste improvisée, à la fraîche.



De línies regulars / En lignes régulières

De línies regulars, un arc de Sant Martí
tendre i entusiàstic, per embolicar trucs
de màgia, ungüents, plantes de noms rars

i delicats, tota la vida secreta de la
natura en uns grapats olorosos i fins
o un licor espès de color de vespre.

Flascons gruixuts, tapats amb suro o ferro,
que sense la bossa de l'arc de Sant Martí
s'enlairarien cap a contrades insospitades.

***

En lignes régulières, un arc-en-ciel
tendre et enthousiaste, pour emballer des tours
de magie, des onguents, des plantes aux noms curieux

et délicats, toute la vie secrète de la
nature dans des poignées odorantes et fines
ou une épaisse liqueur à la couleur du soir.

Flacons épais, fermés de liège ou de fer,
qui sans le sachet à l'arc-en-ciel
s'envoleraient vers des contrées insoupçonnées.

Chapeautées de couleur

Chapeautées de tissus fins,
imprimés au couleur de l'été
en son cœur, des confitures

attendent du gourmand attentif
la caresse du regard ou l'audace
d'une cuillère subreptice.

Pastèque et orange, orange et ananas
ou cheveux d'ange à la divinité volés.
La profusion de la terre y fait de

jolies rencontres, sous l'égide tendre
d'un invisible sucre que l'on croyait
perdu sous tant de chapeaux de couleur.

Pols fina / Fine poussière

Al fons d'un pot de vidre
clar, tan gruixut com una
lupa, una pols fina, fosca.

Sorra discreta d'un improbable
rellotge o marca del temps en
un moble durablement oblidat?

No: llavors de mostassa callades,
totes unes vides riques i complexes
contingudes en aquest àtom d'univers

***

Au fond d'un pot en verre
clair, aussi épais qu'une
loupe, une fine poussière, sombre.

Sable discret d'un improbable
sablier ou trace du temps sur
un meuble durablement oublié ?

Non : des graines de moutarde silencieuses,
bien des vies riches et complexes
contenues dans cet atome d'univers.

dimanche 23 août 2020

Pressa

Camines de pressa,
et deixo avançar,
callada, cap cot.

Ja sé que t'aturaràs
i m'esperaràs. Un minut
o dos. Una vida, potser.

Mirarem els contorns secs
de l'altiplà matiner i li
farem la volta, amb cotxe

o amb el pensament, suau,
senzillament suau, quan
la cursa del sol és de paper.

Anonyme prêt

Un livre mince,
aux pages jaunies,
et recouvert

méticuleusement
de papier kraft,
il y a longtemps

déjà. Un compagnon
de route, prêté sur
le chemin de la vie.

Anonyme témoin, passé
en fin de course, sur
le fil de la vie.

Aurora muda

Com un camí llarg,
l'espera és de boira bruna
i l'alba no parla.

Com un raig roig

Com un raig roig,
lent i penetrant,
el cotxe avança

entre valls, cec
de fronteres i sord
de queixes vanes.

Com un llampec nou,
brillant i càndid,
lent i penetrant.

De mig metre

Un entrepà de mig metre,
de cambajó i de formatge
fresc. Llarg com un dia

de converses, des de trenc
d'alba fins a la posta del
sol. Una barra migpartida

de pa bo i esperances vives,
cruixent i molla, preparada
fa hores, quan anaves a dormir.


L'excursió

Passarem el pont de fusta
i ferro, al fons de la vall,
estret i tan fràgil, trontollant,

colze a colze, braç a braç, d'un
sol alè. Deixarem les converses
antigues per la posta del sol.

Pujarem fins al rebost ocult,
sense mirar enrere. Ens hi esperen
viandes bones així com un llibret

prim, de paper gruixut i groguenc.
Hi aprendrem que la sal de la vida
raja de la suor que ambdós compartim.

samedi 22 août 2020

Farem contraban

Farem contraban,
de tabac ros i de
begudes brunes,

A la nit llagrimosa
d'agost, plena de
cometes fugissers

i de fecunda tinta.
Farem contraban
i, funàmbuls aguerrits,

no trigarem entre un
país i l'altre, inseparables
enamorats del silenci fondo,

profund de l'altiplà cerdà.
Serem tu i jo, nus i fredolics,
timorats i eternament superbs.

Contraban

Un gos està bordant, lluny
i lent, entotsolat dins la nit.

Li respon, insistent i greu,
el xipolleig d' una piscina

buida  La vida profunda
es busca les vies d'un destí

únic i consolador, on les bruixes
descabellades barregin els mots

coneguts amb l' experiència nova
d'una llengua aguda de contraban.


Infinita

Claredat infinita
de l'espès misteri
de l'Allá.

Finestres altes,
una estelada
onejant,

un arbre enorme i
tanta bona gent que
es retroba i xerra.

Racines

La terre a fondu, à l'approche
du torrent et les racines soudain
s'enchevêtrent, fines, sans nombre

sœurs des veines épaisses,
irriguant les chemins desséchés
par l'été. Je m'approche, curieux.

Sous les doigts, la terre s'efface
et la vie, dénudée, griffe, accroche,
le passant qui ne reviendra plus.

vendredi 21 août 2020

Eau vive

Eau vive et glacée,
cueillie dans un
chenal de métal

en haute vallée de
Cerdagne. La main
tremble et les flacons

peinent à s'emplir. Un,
deux, trois qui se réchauffent,
serrés, au creux du sac.

La main, longtemps, portera
les stigmates du gel et ce n'est
qu'un jour plus tard que la soif

s'y étanchera, lentement, comme
on voit naître le sacré au cœur
âpre des orties blanches apaisées.

La musiqueta / Le tin-tin-tin

Al Martí

El menut s'aixeca
al cor de la nit i
imagino com la llum

el guia cap al bany
amb passos lents i
tendrament maldestres.

No el veuré mes sentirè
la musiqueta antiga
d'una cançó de bressol.

***

Le petit se lève
au cœur de la nuit et
j'imagine la lumière

le guidant vers les cabinets
à pas lents et
tendrement maladroits.

Je ne le verrai pas mais j'entendrai
l'ancien tin-tin-tin
et sa berceuse.

J.P.C.

Solia comprar bestiar
a les fires d'agost
i mentre esperava,

mirava i componia
peces breus com
escrites amb el fil

tallant de la navalla
Cerdana. Dones poques,
un cel de sol i aigua dolça.

***

Il avait l'habitude d'acheter des bestiaux
dans les foires du mois d'août
et, tout en attendant,

il regardait et composait
des pièces brèves comme
écrites avec le fil

coupant du couteau
cerdan. Peu de femmes,
un ciel ensoleillé et de l'eau douce.

Tot

Tot el que ens diem
i no ens diem ara.
La font d'aigua glaçada

que ens dibuixa els dits.
La consciència adormida,
a l'aguait de quinze versos

com d'un lent al ball de
la festa major. La gana
de llegir i les ganes de

viure, descriure i conviure,
el record tan proper de les
vivències albertianes

i la flaire feixuga d' un pi
negre d'agost que arrecerà
la renaixença d'un beneit d'agost.

***

Tout ce que nous nous disons
et ne nous disons pas à présent.
La source d'eau glacée

qui dessine nos doigts.
La conscience endormie,
à l'affût de quinze vers

comme d'un slow au bal
de la fête votive. La faim
de lire et l'envie de

vivre, décrire et partager,
le souvenir si proche du
vécu d'Albertí

et l'odeur entêtante d'un pin
noir s'août qui abritera
la renaissance  d'un simplet d'août.

Le plateau

La montagne a cessé de croître
qui joue à la plaine, en froissant
son étoffe de velours.

Veinules glacées d'eau sombre,
osselets de granit parsemant
le gazon un peu sec d'août,

amoureux guettant, de village
en village, l'arrivée d'un film
tendre, au cinéma du coin.

jeudi 20 août 2020

Com serà? / Comment doivent être ?

Com serà ara
La Bollosa,
callada i sense gent?

El fosc mirall adormit
de l'insomníaca lluna
necessita aus nocturns

i rosegadors atents,
que la puguin retratar
abans que surti el sol.

***

Comment doivent être à présent
Les Bouillouses,
silencieuses et sans personne.

Le sombre miroir endormi
de l'insomniaque lune
a besoin d'oiseaux nocturnes

et de rongeurs attentifs,
qui puissent la dépeindre
avant que ne sorte le soleil.

Bolonyesa / Bolognaise

Salsa espessa,
de carn picada
i tomàquet dolç.

Fos el formatge
en pols, la salsa
ja fa xup-xup i

tan rosses i dignes,
les pastes ballen
la dansa del bullit.

***

Sauce épaisse
de viande hachée
et de tomate douce.

Le fromage en poudre
fondu, la sauce
bouillonne déjà et

toutes blondes et dignes,
les pâtes dansent
la danse de l'ébullition.

Tenacitat

Mentre estàs dormint,
romanc despert i tenaç.
Bon desig de versos.

T'aixecaràs

T'aixecaràs de nit
i vindràs veure estels
per la meva finestra,

oberta de bat a bat,
com mon cor que batega.
Deixarem cantar òlibes,

xibeques i d'altres ocells
blaus de son entretallada,
per acompassar tendrament

el cant de la Cerdanya.
I quan s'aixequi púdic
El sol, ens la tancarem.

Llegint i pentinant

T'imagino llegint,
lentament, pàgina
rere pàgina,

pentinant els mots
per treure'ls accents 
Aguts, breus i bicornis

de gendarmes, com ells
que descobreixen pinsans
volant al més fosc del llac.

mercredi 19 août 2020

Entre els dits

Entre els dits, com de grans
de blat o d'or, la pluja fina
del teu somriure caminant.

Frec subtil de parpelles que
juguen amb la llum. Silenci
de mots que se suspenen

per deixar-te parlar, sense veu,
acompassada per una guitarra
nascuda d'un cotxe vermell.

Deixaré

Deixaré la llengua i els mots
per anar amb tu al fil de l'aigua.
Herbes altes, llimacs fugissers

i, entre branques altes, el sol,
jugant a fer la lluna, com abans
els nanos amb tabes de cristall 

Espièglerie

Sous le pont gorgé d'eau,
la boue, espiègle, a retenu
la chaussure et le petit

court à cloche-pied en riant.
Empreinte fugace dans la glaise
et si longue dans les cœurs.

En passant la borne-frontière,
d'un bond, la chaussure aura
séché et la course de reprendre.

mardi 18 août 2020

Une lectrice

Sous ses doigts,
ies lettres dansent,
comme la vie.

L'abécédaire est d'or
et la lecture caresse.
Soufflé sacré du salon.

La langue est autre,
délicieusement,
et le langage est de tous.

De cor i de cos

Batec lent,
petjades per la grava,
tan visibles i vives.

Món cor és caminant
i el cos em somriu.
Acluco els ulls i veig clar.

Quants anys sense platja
fresca del riu, silenciosa,
sense ningú que ens miri.

Cabells

Cabells entre els dits,
tèbia sorra del riu.
La mà és un peix 

lundi 17 août 2020

Fresqueta Santander / Santander toute fraîche

Fresqueta Santander,
de plugim lleu i elegant,
recordant els amors

d'un poeta i d'una lectora
d'ultramar. Pedro, Katherine,
bocinets de paper, de tinta

encara molla, quan, a la costa
xafogosa del Mediterrani, ja no
canten el grills adormits per l'estiu.

***

Santander toute fraîche,
à la pluie légère et élégante,
se souvenant des amours

d'un poète et d'une lectrice
d'outremer. Pedro, Katherine,
petits morceaux de papier, à l'encre

encore humide, quand, sur la côte
étouffante de la Méditerranée, les grillons 
ne chantent plus, endormis par l'été.

Et la voiture s'en est allée

À M. et C.

Et la voiture s'en est allée,
rouge baiser dans la nuit glacée.
Elle a dédaigné la route large

et s'est engagée dans le petit
chemin. Le moteur encore tiède,
tu t'y es endormie, oubliant

tes petits, oubliant qu'eux aussi
ils avaient soudainement grandi
et bientôt emprunteraient son baiser.

A mig camí / À mi-chemin

A mig camí, al migdia,
les llengües es fonen
l'una dins l'altra.

Remor lleu de gessamí,
flaire de til·la seca,
la vida es dansa.

Es fonen i es confonen,
la vida es dansa
i la caminada és ball.

***

À mi chemin, à midi,
les langues se fondent
l'une dans l'autre.

Bruissement léger du jasmin,
odeur de tilleul sec,
la vie se danse.

Elles se fondent et se confondent,
la vie se danse
et la promenade est un bal.

dimanche 16 août 2020

Tanca els ulls / Ferme les yeux

Tanca els ulls i no m'escoltis
que les meves paraules són paper
mullat, plegat com una barca vella,

al fil de l'aigua bruna. Tanca-los,
que el dia ha sigut llarg i d'altres
cors necessiten el teu batec per

recuperar forces i alè. La nit serà
de melmelada olorosa i de penombra
melòdica, com a una festa major d'abans,

amb mitjons blancs i entremaliadura
sobtada, ben pentinada, i encara sense
aquesta aigua bruna que guia la meva barca.

***

Ferme les yeux et ne m'écoute pas
car mes mots sont un papier sans
valeur, plié comme un vieux bateau,

au fil de l'eau brune. Ferme-les,
car le jour a été long et d'autres
cœurs ont besoin de ton battement

pour reprendre force et souffle. La nuit sera
de confiture odorante et de pénombre
mélodique, comme une fête votive d'avant,

avec des socquettes blanches et une espièglerie
soudaine, bien peignée, et encore sans
cette eau brune qui guide mon bateau.


samedi 15 août 2020

Xafogor / Chaleur moite

Ciutat xafogosa, de muralles
fosques i brutes, maons tristos
amenitzats per alguna estelada,

passadís estret i ofegant amb,
al fons, tan lluny, i falsament
esperançador, un bosc de pins

baixos, algun garrofer extraviat i,
a sota, cases i més cases, blanques
i, desesperadament, xafogoses.

***

Ville moite, aux murailles
sombres et sales, briques tristes
égayées par quelque drapeau étoilé,

couloir étroit et étouffant, avec,
au fond, si loin, et faussement
encourageant, un bois de pins

bas, quelque caroubier égaré et, au-dessous, 
des maisons et encore des maisons,
blanches et désespérément étouffantes.


Un borró / Un mouton

a l'Anaïs

Un borró, com de llana
grisa, un núvol en petit
deixat per la menuda al
sofà marró del saló.

Casa silenciosa al matí,
sense les seves rialles
quan veu un coipú i diu,

entremaliada, que el seu
bigoti s'assembla al del
pare. Un borró nostàlgic.

***

Un mouton, comme de laine
grise, un petit nuage
laissé par la petite sur le
canapé marron du salon.

Maison silencieuse au matin,
sans ses rires
quand elle voit un ragondin 

et dit, espiègle, que sa
moustache ressemble à celle
de son père. Un mouton nostalgique.

Un retrato

Un retrato invisible,
sin lienzo ni lápices,
falto de marco y sabias

doraduras. Un retrato
volátil. De voz grave y
lenta como arena fina de

reloj, de cabello moreno
y despeinado, pero nunca
descabellado. Un retrato.

Misteri

Tenia divuit anys,
jugava a rugbi i
vaig voler fer,

com el tiet, anys
enrere. Em vaig
inscriure com a

portador anònim, a
la Processó de la
Sanch. Quin pes,

quin cansament, quin
patiment, dessota la
caperutxa negra,

llefiscosa, suant.
Tothom callava i
caminava, penosament.

El crist del segle XIII
al darrera, no vèiem res.
Deus absconditus,

Eli, Eli, lema sabaqthani?
En tornar a casa, em vaig menjar
un bon tros de cambajó. Sacrilegi.


Stella maris, stilla maris

«Que quan s'enamorin de tu
no pretenguin tenir-te,
només acompanyar-te...»

Tu per viaranys i boscos foscs
i jo pels carrers asfaltats
i platja de sorra fina.

Quinze d'agost, cor de l'estiu
partit en dos com un bon pa de
blat dorat. Ave Maria, stella 

maris, estrella del mar. Stilla 
maris, també. Una gota del nostre
mar com un granet de sorra per

la platja d'Argelers al matí,
quan enamorats hi caminen,
contrabandistes de tabac ros.


Dessine-moi

Comme une surprise,
au détour d'une page :
dessine-moi un mouton.

Comme un apprentissage,
de la voix et de la plume :
dessine-moi un mouton.

Comme l'averse chaude,
au sortir du chemin :
dessine-moi un mouton.

Vivències

Bell quadern mullat
sota la pluja d'agost,
reviu la història.

Baixamar

Collirem petxines
com floretes pel rostoll
i caminarem.

vendredi 14 août 2020

AUTENTICITAT

Al col·legi central de la bona ciutat de À***, els alumnes, quan feien onze anys, s'havien d'especialitzar en una lletra de l'alfabet, ignorant, més enllà del vocabulari de les necessitats físiques més elementals, les subtileses de les altres lletres.

A vegades, el atzar provocava desconcerts, discussions i, fins i tot, trifulgues. S'havien de diferenciar la "L" i la "LL"? I els pobres a qui els tocava la "Q" o la "W", què podien fer sinó pidolar estrangerismes?

Al petit Hadrià, llest i entremaliat, li tocà la "A", que hauria introduït el seu nom si el seu pare, gran lector de la Marguerite Yourcenar, no hagués tingut la mania d'afegir-hi una "H" muda, en memòria d'un dels pocs emperadors amb seny de la Roma antiga.

Foren hores i dies de goig i descobertes. "ACODOLAR", "AJUTATIU", "AMORTALLADOR", "ARBECONA"... Però, un dia, caigué en un mot que le atragué tant que no se'n separà mai. Era "AUTENTICITAT", aquesta qualitat d'"AUTÈNTIC" que li feia pensar en el tic-tac dels vells rellotges de bronze. N'aprengué la definició, les definicions, obrí diccionaris de llengües estrangeres o, senzillament, estranyes, i, un dia, davant del mirall, en veure la seva mirada dreta, sense cap rastre d'astúcia, entengué que el mot s'havia colat en cadascuna de les seves venes fins a fer-lo encara més feliç de viure a la bona ciutat de À***.


Somriure

Som riure i somriure,
tu i jo a la catalana,
jo a la menorquina.

Més enllà dels mots i
de l'alè que ens uneix,
el somriure dibuixa

barques de llavis tendres
per anar de conserva, pel
mar misteriós dels dies.

Qui són? / Qui sont-elles ?

Qui són aquestes persones,
que condueixen cotxes i camions
per l'autopista tan pròxima?

Els imagino sempre cap al Nord,
tornant de vacances o plens a
vessar d'hortalisses del Sud.

Qui són aquestes persones,
sense rostre ni veu i que,
nogensmenys, se m'assemblen?

***

Qui sont ces personnes,
qui conduisent voitures et camions
sur l'autoroute toute proche ?

Je les imagine toujours vers le Nord,
revenant de vacances ou pleins
à ras bord de primeurs du Sud.

Qui sont ces personnes,
sans visage ni voix et qui,
cependant, me ressemblent ?

Noms / Prénoms

Tendrament velats,
alfa i omega vitals,
vibren els teus noms.

***

Tendrement voilés,
Alpha et Oméga vitaux,
ils vibrent, tes prénoms.

jeudi 13 août 2020

Sans eux, avec le cœur

Des amis, sur l'océan,
un cliché d'or au couchant,
sans eux, avec le cœur.

Les herbes folles dansent
qu'ils ont écartées de leurs
jambes sur le chemin de

l'océan. On les verra plus tard,
en hauteur, joindre leurs mains
dans une riante prière.

Le cliché n'en dira rien,
comme il nous cache leur regard.
La joie est absolue.





















By courtesy of Lionel Itié

A sol i serena / À l'air libre

Com aquestes bótes de vi dolç
a les teulades del bon poble
de Banyuls, veig el pericó

fosquejant en oli d'oliva
verge, lentament, dia a dia,
nit rere nit, a sol i serena,

mentre l'any avança a poc a poc
cap a l'ocàs de desembre. Màgia
de bruixa escabellada. Vida pura.

***

Comme ces barriques de vin doux
sur les toits du bon village
de Banyuls, je vois le millepertuis

s'assombrir dans l'huile d'olive
vierge, lentement, jour après jour,
nuit après nuit, à l'air libre,

pendant que l'année avance peu à peu
vers le coucher de décembre. Magie
de sorcière échevelée. La vie. Pure.

Somriure o plorar

Somriure o plorar,
tot d'una peça,
llegir en silenci

imaginant la veu
del poema illenc
de ploma blava.

Adormir-se desprès,
amb els ulls mullats
o la boca resseca.

Oblidarem

Oblidarem fronteres,
fites i mollons de granit,
i caminarem per herbes

altes, molles i astringents.
Ens guiarem pel so greu
de les campanes i l'agut

agre de les sonalles. Amb
gana de llop i candor viu
de menut de muntanya.

Cor enclavat

Frescor de la nit,
tan fosca i silenciosa.
Sense son ja, l'esperit

vola pels pobles minerals
d'esglèsies petites. Rierol
delejat, remor tendre de

l'esmorzar amb forquilla
al cor enclavat del país
cerdà. Somnis desperts.

mercredi 12 août 2020

Bosses i motxil·les / Sacs et sacs-à-dos

Entre roques i sorra,
els amants de la vida,
tornen al niu petit.

Xafogor de la costa,
frescor de terres altes.
S'obren finestres amples

i es tanquen els baguls.
Apagada la llum,
ja és temps de somiar.

***

Entre roques et sable,
les amants de la vie,
retournent au petit nid.

Chaleur lourde de la côte,
fraîcheur des hautes terres.
Les larges fenêtres s'ouvrent

et les malles se referment.
Une fois la lumière éteinte,
il est bien temps de rêver.

Hiérogamie

Au centre est le cinq,
l'homme de Vitruve,
le chiffre anguleux
de la main de l'homme,
le nombre nuptial...

La casa ambulant

Viatjarem pels monts
amb una casa petita,
ambulant. Un bagul

de fusta bona, ple
a vessar de draps de
cuina, roba de llit

i alguns estris de
llauna i plàstic.
I no tornarem, oi?

La meva ciutat blanca / Ma ville blanche

És un barri i un poble,
de baixades suaus i
pujades inesperades.

Al sud de la Fidelíssima,
amb un ull cap al moll de
Catalunya i un altre cap

a l'enyorada Alger. Barri
de bona gent, forjada per
exilis, drames i festes

en comú. Un poble de xavals
ja grans i que xerren de les
curses passades en sortir del

col·legi o del liceu. Amb noms
i cognoms entranyables que canten
la nostra mar sense fronteres.

***

C'est un quartier et un village,
aux descentes douces
et aux montées inattendues.

Au sud de la Très Fidèle Perpignan,
un œil  sur le cœur de la
Catalogne et un autre sur 

Alger la regrettée. Quartier
de braves gens, forgés par
des exils, des drames et des fêtes

en commun. Un village de gamins
vieillissants et qui parlent des
courses passées au sortir du

collège ou du lycée. Avec des prénoms
et des noms attendrissants qui chantent
notre mer sans frontière.


mardi 11 août 2020

Miracle del cor

Esperes un miracle. No vindrà.
Ja el tens dins del teu cor.
Tot moll i grassonet de mots.

De mots collits pels boscos i
pels camins, amb  moltes herbes
remeieres i un sol caragolí.

Un miracle callat, com un secret
estel·lar, la cua d'un cometa
tot sol i radiant.

Xicolatada

A Palau de Cerdanya,
molt a prop de l'antic
hospital d'Osseja,

la gent s'aplega i riu.
Espera la xicolata fumant
i els jocs de la mainada.

Plourà demà, a la matinada,
o potser avui al vespre.
Cargols amb banyes brunes.

Tardaran

Tardaran les llàgrimes,
el cel s'ha ennuvolat.
Vellut violeta i vol

baix d'una ratapinyada
perduda. Silenci greu
i fred de muntanya.

Caminen les bruixes en
busca de floretes grogues
i oloroses.

Sense estel ni cometa,
com seran els desitjos?
Déu vola, neguitós.

En cinc, per complaure

Anem a peu coix,
si no et sap greu,
caminem ambdós

i xerrem un poc.
La nit és d'anís
i canten granotes.

Diuen que al rebost,
hi ha vi per tothom,
en voldràs un got?

lundi 10 août 2020

Pots d'herbes i de sucre / Pots d'herbes et de sucre

Pots d'herbes i de sucre,
tancats, a recer del rebost,
esperant encontres de tardor.

Pots callats i somrients,
que se saben milers d'històries
i no contaran res. O potser sí.

A aquests que aconseguiran
obrir-los sense trencar-los,
amb paciència i passió.

***

Pots d'herbes et de sucre,
fermés, à l'abri du garde-manger,
attendant des rencontres automnales.

Pots silencieux et souriants,
qui savent des milliers d'histoires
et ne raconteront rien. Ou peut-être oui.

A ceux qui parviendront à
les ouvrir sans les casser,
avec patience et passion.

Orenga i sajolida / Origan et sarriette

Com un ram d'herbes remeieres,
orenga i sajolida de bracet.

Dansa olorosa d'olis menuts
i frecs saviament dispensats.

No serà aquella qui les aplega,
bruixa rarota o musa embruixadora?

***

Comme un bouquet d'herbes médicinales,
origan et sarriette, bras dessus, bras dessous.

Danse odorante d'huiles petites
et de frôlements savamment dispensés.

Celle qui les réunit, ne serait-elle pas
une sorcière étrange ou une muse ensorcelante ?



Tornar a la ciutat / Revenir à la ville

Tornar a la ciutat
sense cap mascareta,
caminar pels carrers

buits i tòrrids d'agost,
a l'ombra del Congrés,
cap al bar estimat.

Seure i badoquejar,
tot somiant en la festa
d'aquella primavera.

***

Revenir à la ville
sans aucun masque,
marcher dans les rues

vides et torrides d'août,
à l'ombre du Congrès,
jusqu'au bar aimé.

S'asseoir et musarder,
tout en rêvant à la fête 
de ce printemps.

Les Trois Hirondelles

Un petit tailleur rouge,
de facture délicate,
à l'énigmatique enseigne

des Trois Hirondelles.
Un tailleur pour sortir
dans la ville blanche,

après avoir laissé, tout
en haut de l'austère
bâtisse de la mutuelle

des Douanes, la lourde
Underwood noire, aux
engrenages graissés.

Un petit tailleur rouge
pour franchir les mers
et effaroucher Béziers.

Campanades

Somiades campanes
en un cel color violeta,
l"amor et transforma.

dimanche 9 août 2020

En cinc pulsacions

Rebenten de llum
les teves entranyes
en cinc pulsacions.

Esperes la pluja
i ensumes la nit.
Banyada en suor,

ja no pots escriure,
tot prové del cel,
el vespre ja fuig

i la nit és teva.
Corona de núvols
i gorguera fosca.

S'aixeca un avet
vora la clariana
i et mira agraït.


Une averse

Cela sent la terre et le foin mouillé. Une caresse d'air frais après la chaleur intense du jour. Le tonnerre nous réveille, la tempête est sur nous. Il pleut à verses. Des ruisseaux naissent entre les cailloux du chemin. Non, c'est une rivière à présent. Des tuiles jaillit un torrent d'eau sur les rosiers. Le tilleul et le noyer sont tout échevelés. On se croirait à la fin août. En pleine tempête.

Roser Blàzquez Gómez, traduit
du catalan par M. Bourret Guasteví

Guijarros

Guijarros por el sendero,
agudos, hirientes y sonoros,
tabas claras para improbables

juegos infantiles. Como migas
esparcidas por el camino por
un Pulgarcito extraviado.

Guijarros pesados, como monedas
de bronce de un real, esperando
la mano escuálida de una mendiga.

Amb majúscula / Avec majuscule

Solitud, amb majúscula,
maragda viva, a les fosques
del calaix estret.


Record d'un hivern glaçat,
dia a dia, sense rutina,
tancada la porta

i encesa la llar. La manta
abriga lectures d'un poeta
francès i el moble vell

de fusta bona, espera, confiat,
denses pàgines beneïtes.
Solitud amb majúscula.

***

Solitude, avec majuscule,
émeraude vivante, dans l'obscurité
de l'étroit tiroir.

Souvenir d'un hiver glacé,
jour après jour, sans routine,
la porte close

et la cheminée allumée. La couverture
abrite des lectures d'un poète
français et le vieux meuble

en bois massif, attend, confiant,
de denses pages benoîtes.
Solitude avec majuscule.

Fenyent

Fenyent pa, al matí
mentre el sol encara
fa mandrotes pel cel

ben boirós. Barreja
de farina, aigua i
sal amb un pessic

de pols màgica i molt
d'amor. Temps pausat.
Miracle paner.

Cola Cao

Pols clara i rebel,
gust d'un altre continent,
record d'infantesa.

***
Poudre claire et rebelle,
goût d'un autre continent,
souvenir d'enfance


Considérations nocturnes

«Monsieur B., on ne vous comprend pas».
Les titres défilent dans la présentation
et qui s'en targue oublie l'humilité
de la simple lecture des livres essentiels.

Mais que cela jamais n'arrête la passion
de l'ensemenceur de mots qui sème des lettres
comme autrefois la muse du seul dictionnaire

existant. Alors peut-être un jour, dédaignant
le carcan des diplômes stériles,

l'interlocuteur jouira du propos bien trouvé.

L'olor del blat / L'odeur du blé

La vida senzilla
s'inventa tendres camins
pel blat olorós.

***

La vie simple
s'invente de tendres chemins
dans le blé odorant.

Breus camins

Versos encadenats,
de lectura plaent.
Tres hores de passeig,
per l'ombra de la selva.

Caminada confiada
a l'amic de la vida
per l'amiga confiant
que a la nit escriu.

Com un dit prim pel mapa,
l'esperit somnolent
recorre breus camins
de tendresa mai vista.

Quan l'aprenanta ensenya,
els seus instints són vells,
mes tan nova és la pràctica
que la pell seca es mulla

de mil plors retinguts,
dibuixant breus camins
per on trencar la son
i prosseguir la Vida.

samedi 8 août 2020

El rostoll del capvespre

Un bon amic poeta em dibuixava
el rostoll dels dies a la seva
illa estimada, m'envies tu una

instantània del rostoll fosquejant
al capvespre, mentre ens truquem.
Pau infinita dels quatre punts

cardinals del teu petit món.
El sol es prepara a dormir, mentre
un estel nou brilla al teu cor.


Tonic Water

C'est une bouteille
que personne ne voit,
rangée dans un coin

de la porte du grand
réfrigérateur. On la
croit destinée à de

savants breuvages, à
l'accent improbable.
Son niveau baisse si

peu qu'on l'estime
éventée. Et pourtant
son liquide un peu

âcre pétille toujours.
Un soir, j'ai vu ma mère
s'en servir un fond,

avec parcimonie. Un trait
qu'elle a bu lentement,
comme une potion secrète,

introuvable recette de son
caractère solaire et subtil
dévoilement de l'étrange bouteille.


Estelle

Une étoile est née,
dont le prénom est
aux confins des terres

d'Oc et de Catalogne.
Un visage doux, des
traits fins, tout un

être en petit au foyer
de qui s'intéresse au
monde de l'infiniment

réduit. L'amour de ses
parents, la langue de
sa famille, les odeurs

du souper se conjuguent
bientôt pour façonner
sa merveilleuse unicité.

Estel

Pluja de Perseids glaçats
en una càlida nit d'agost.
Buidor de l'entorn fosc

que espera una estrella
única, ben dibuixada i
retallada en el vellut.

La mirada, encegada pel
ruixat de llet diamantina,
acompanya l'univers en

el seu desig. Deixant la
llum, beu de la vellutada
tinta i veu com neix,

al bell mig del cel, un estel
rar, clar i delicat, de cara
rodona i somrient, on conviuen

totes les forces de la matèria,
de la intel·ligència i de la
tendresa més pura. Un miracle.

Tendresa / Tendresse

Més que un mot,
un buf breu,
ingràvid.

La generositat
de la companyia
plaent, el silenci...

o un torrent de mots.
Però, sempre, dues
mirades creuades,

confiades, el costum
d'entendre's sense
necesssitat de cap

pacte de tinta o de
sang. Tendra tendresa.
Res de pleonasme,

les ones de setembre
nascudes al començament
del mes d'agost. Tu i jo.

***

Plus qu'un mot,
un souffle bref,
ingravide.

La générosité
de la compagnie
plaisante, le silence...

ou un torrent de mots.
Mais, toujours, deux
regards croisés,

confiants, l'habitude
de se comprendre sans
nécessité de nul

pacte d'encre ou de
sang. Tendre tendresse.
Rien d'un pléonasme,

les vagues de septembre,
nées au début  du mois
d'août. Toi et moi.

Points cardinaux

Le monde dans un mouchoir,
pour sourire et s'émouvoir.
Un espace orthonormé, avec
ses quatre côtés clairs.

Le ciel bleu, délicatement
panaché de blanc, le blé
fraîchement moissonné, avec
ses chemins de chaume et

son foin roulé en bottes
serrées. Sur la gauche,
un tilleul centenaire,
à la fragrance apaisante.

Sur la droite, un noyer,
au bois noueux et dur, et
aux fruits généreux en
saveur et en huile douce.


Escriptures sentides i compartides

Llargs passeigs pels boscs frondosos
o la costa blanca de sorra i gavines.
Petjades cruixents i reflexives.

Els versos es preparen, breus, límpids
i necessaris. Sentir el món, generós,
aclucar els ulls, asseure's a la taula

baixa i posar-se a escriure, amb ploma
o amb teclat. Concentrar-se fins a la
darrera paraula. I compartir la lletra.

Sur son trente-et-un

À mon fils Xavier

Il est la force tranquille,
l'élégance généreuse.
Casqué d'électronique,

il outrepasse les frontières.
Le huit l'a marqué, au jour
de sa naissance, symbole

d'infini et de profusion.
Il aiguille les trains et
la vie le lui rend bien.

Per les parets / Sur les murs

Per les parets pintades
de rosa o de blau,

s'aixequen curiosos monts
nevats, de pics aguts i

blanquinosos. Olor potent
de pintura fresca i quietud

dels llits estrets sense
menuts. Tancades les finestres,

els somnis els esperen, sota
els llençols ben planxats.

Cor de l'estiu, casa buida,
apetit insaciable de pomes verdes.

***

Sur les murs peints,
en rose ou en bleu,

s'élèvent de curieux monts
enneigés, aux pics pointus et

blanchâtres. Odeur puissante
de peinture fraîche et quiétude

des lits étroits sans les
petits. Les fenêtres closes,

les rêves les attendent, dessous
les draps bien repassés.

Cœur de l'été, maison vide,
appétit insatiable de pommes vertes.

vendredi 7 août 2020

Rarota i Raret

Per mots i til·lers,
Rarota i Raret avancen.
Un sembrat de somnis.

Un til·ler de segles

Til·ler de vacances, gros,
ample, benévol, presència
ombrívola al matí quiet.

Hores llargues de lectures
i somnis desperts, mentre,
molt a prop, la cafetera

italiana destil·la el cafè
cremant. Més tard vindrà la
caminada pels boscos, on

d'altres arbres menys grossos
i més secs et guiaran les passes
cap a l'augusta serenitat.


Quiétude de Roscoff

L'homme est assis, dans la lueur
laiteuse d'un petit matin gris.
Silence minéral du béton qui

espère la marée. Au loin, sont
les esquifs que le port, exclusif,
a rejetés, avant de quémander,

du passant, l'obole de l'arrêt.
Les mains sur les genoux, l'homme
attend, patient, la profusion du jour.
















By courtesy of Jean-François Caplat

On són / Où sont

On són les barques plenes
que l'estiu encallava
a la platja buida de curiosos

tafaners? Les recordo, de dues
en dues, fidelíssimes amants
properes i silencioses.

Assegut a la sorra cridanera
i remoguda, les trobo a faltar,
quan agost se'm fa gelós.

***

Où sont les barques pleines,
que l'été échouait
sur la plage vide de curieux

fureteurs ? Je m'en souviens, deux
par deux, très fidèles amantes,
proches et silencieuses.

Assis sur le sable braillard
et retourné, elles me manquent,
quand août, pour moi, devient jaloux.

Haikus

Haikus del capvespre,
una picada d'ullet
que allarga els jorns.

***

Haïkus du soir qui tombe,
un clin d'œil
qui allonge les jours.

Escriptura salina / Écriture saline

Capcirons de dits refrescant-se
en la verdor salada del migdia
i la pell que s'adorm, al bon

sol de l'agost. Aclucats els ulls,
la mà s'apropa i escriu, lentament,
per l'esquena escalfada.

Dels mots acariciats, només quedarà
el rastre blanquinós de la sal que
fa mandrotes, delerosa de llavis

tendres i frescos que la puguin
ensalivar, tot recitant uns versos
que l'estiu, nostàlgic, amuntanyi.

***

Pulpe des doigts se rafraîchissant
dans la verdeur salée du midi
et la peau qui s'endort, au bon

soleil du mois d'août. Les yeux clos,
la main s'approche et écrit, lentement,
sur le dos réchauffé.

Des mots caressés, seule demeurera
la trace blanchâtre du sel qui
paresse, désireux de lèvres

tendres et fraîches qui puissent
l'ensaliver, tout en récitant des vers
que l'été, nostalgique, mènera en transhumance.

jeudi 6 août 2020

Ones tèbies

De l'aiguamarina,
la verdor imaginada,
la sorra suspira.

Com un camí de pedres / Comme un chemin de pierres

Com un camí de pedres
en mig de la gespa,

veig l'herba grassa, 
com de maragda, entre

els teus mots quan els
llegeixo. Ja no sòn els

espais un timbau, una
timba insondable, sinó

un trampolí de gespa bona
per a fer-hi tombarelles.

***

Comme un chemin de pierres
au milieu du gazon,

je vois l'herbe grasse,
comme d'émeraude, entre

tes mots quand je les
lis. Les espaces

ne sont plus un précipice,
un abîme insondable, mais

un tremplin de bon gazon
pour y faire des cabrioles.



Diàlegs / Dialogues

Diàleg entre piscines,
xipolleig fresc i lleuger,
nit de vellut i plata.

Diàleg entre ànimes,
rierols i viaranys,
foscor de pruna sense dol.

Diàleg entre finestres,
l'oberta i la tancada,
sensualitat de frontisses.

***

Dialogue entre piscines,
clapotis frais et léger,
nuit de velours et d'argent.

Dialogue entre âmes,
ruisseaux et sentiers,
obscurité de prune sans deuil.

Dialogue entre fenêtres,
l'ouverte et la fermée,
sensualité de charnières.


mercredi 5 août 2020

Le Cantique des Cantiques

Frère Bernat tourna lentement la page. Margalida s'était améliorée dans la lecture et elle ne trébuchait presque plus. Sa voix était douce et elle lisait le poème petit à petit, entonnant chaque strophe. Pour frère Bernat, chaque vers qu'elle prononçait était comme un chant contre son oreille. Il notait sa présence toute proche et les cuisses qui, soutenant le livre, se frottaient l'une contre l'autre, sous le vêtement. Dehors, on entendit le chant d'une mésange huppée.

Roser Blàzquez Gómez, Le vol du pinson,
extrait traduit du catalan par M. Bourret Guasteví

Terres incògnites / Terres inconnues

Terres incògnites,
terres per conèixer.

A l'alba, quan surt
el sol entre boires

i se senten, ben a 
prop, les esquelles

abans de les campanes.
Boscos frondosos, 

viaranys estrets i torts.
Caminades incertes, guiades

per la gana i la cursa
del sol. Botes de cautxú.

Hores llargues i plaents.
Amistat infinita.

***

Terres inconnues,
terres à connaître.

À l'aube, quand sort
le soleil d'entre la brume

et que l'on entend tout
près les sonnailles

avant les cloches.
Forêts luxuriantes,

sentiers étroits et tordus.
Balades incertaines, guidées

par la faim et la course
du soleil. Bottes en caoutchouc.

Heures longues et plaisantes.
Amitié infinie.

Ganes / Envie

El cel té ganes de campanes,
com jo de cafè fort. Llargues
hores prematineres de somnis

desperts, humils i incessants.
Com són els dents de lleó
encara presoners de la rosada

glaçada? Ja pensen en la rosella
amiga, de vestit de vesprada?
M'esperen el cafè fort i la gana.

***

Le ciel a envie de cloches,
comme moi de café fort. Longues
heures prématinales de rêves

éveillés, humbles et incessants.
Comment sont les pissenlits
encore prisonniers de la rosée

glacée ? Pensent-ils déjà à l'ami
coquelicot, en livrée du soir ?
Le café fort et la faim m'attendent.

Quatre feuilles

Mon trèfle à quatre feuilles
ne dort pas au fond d'un tiroir
ou à l'ombre d'un coffre en acier

trempé. Il anime, à chaque instant,
la course vive de celle qui aime
la vie, dans le cœur de ceux qui

lisent mal et avec passion ou bien
restent des heures à attendre le
soleil parce qu'on le leur a volé.

mardi 4 août 2020

Walpurgisnacht

Ja no es pentinen
les bruixes brunes,
surten de tres en

tres, a dalt de tot,
per veure la lluna
amb la corona d'estels.

Pugen ràpid, tot rient
i xerrant, car són magues
de sarsuela i, de les bruixes,

només tenen el curiós pentinat
o, més aviat, el rar descabellat.
Arriben sobre les deu i mitja, o

dos quarts d'onze, segons si són
de poble o de ciutat, i aixequen
la mirada, totes tres callades.

Ara comença la Walpurgisnacht,
al cor de l'estiu, i no pas
de la confinada primavera.

Res de danses sabàtiques. S'obren
els ulls a la bellesa de la natura
i els cors a la saviesa de la lluna.

Un vieux moulin

Comme une gentilhommière
au bord du fleuve, le vieux
moulin se tait et se mire

dans l'eau, nostalgique de
fêtes aquatiques qui jamais
ne s'y tinrent. La mousse

couvre les meules et les sacs
de grain ont depuis longtemps
déserté la bâtisse. Les canards

le frôlent en le raillant de leur
voix nasillarde. De temps à autre,
une ligne de couleur lui ménage

un horizon inattendu. C'est un
aviron de la proche base nautique
qui fait de son clocheton le point

stellaire d'un improbable sextant.
S'il m'était donné d'y séjourner,
j'y emmènerais Montaigne. Pour l'été.


Occidens

Le jour n'en finit pas de mourir.
Délice de l'occision silencieuse.
Draperies orange couronnant Sieck

à la façon d'un volcan d'Auvergne
subitement réveillé. Épanchement
de lave tiède et, au premier plan,

l'herbe brûlée de la lande bretonne
se couche en signe de soumission.
Hiérogamie. Le ciel s'ouvre au feu

et l'homme est si peu qui s'attable
au festin sur un triste banc de gare.
Le jour n'en finit plus de jouir.















By courtesy of Jean-François Caplat

Coloraines / Couleurs bigarrées

Focs artificials silenciosos
amb olor de tarongina. Globus,
disfresses, maquillatge, jocs

de cartró i pastís de nata i
xocolata sucrada. Champomy,
curses embogides per la casa.

S'abraçan els nens, riuen,
imitant la veu greu dels adults,
i, al final, s'adormen en color.

***

Feux d'artifice silencieux, à
l'odeur de fleur d'oranger. Ballons,
déguisements, maquillage, jeux

en carton et gâteau à la crème chantilly
et au chocolat sucré. Champomy,
courses folles dans la maison.

Les enfants s'embrassent, rient,
en imitant la voix grave des adultes,
et, à la fin, s'endorment en couleur. 

Une journée

Une journée du cœur
de l'été, tout juste
ventée, et la magie

des couleurs. Ballons,
riches déguisements et 
maquillage de maman.

Heures uniques. Echos
lointains ou proches
des joies enfantines.

La nuit passée, demeurent
les ballons et le cœur
d'une jolie petite fille.


Com passant

Com passant per terres altes,
un ventijol fred m'ha despertat.
Portava aromes de garrofes
i nostàlgia de flors de taronger.

La nit és fosca i a l'aguait, com
esperant unes campanades
matineres, de poble, sis o set,
i el caliu tendre de l'amistat.

Vindrà aviat un dia de camins,
amb pols sorrenca i ombra de
vellut. Els nanos jugaran i jo,
amb tu, passaré per terres altes.

lundi 3 août 2020

Pour toi

Pour toi, ma langue
est dans ma main,
frileuse, intimidée.

On la croit ailleurs,
sur les sommets, elle
est un oisillon tiède

qui attend les cloches 
du matin, là haut, si
loin. Et si près de toi.

Les punxes de l'Albertí

Eren anys grisos a la ciutat
emboirada per a l'Anna Rosella
i els seus vuit anyets. Anys

d'escassetat i succedanis. Res
de Cola Cao ni Nocilla; en sortir
del cole, l'Anna s'enfilava als 

garrofers i es menjava fruites
dolces amb gust de Lacasitos i
colors vius de països inassolibles.

Els diumenges, amb el seu pare,
l'Albertí, pujaven al Carmel, a
collir figues de moro, plenes de

punxes amargues i verinoses. Quan
fosquejava, tornaven al pis, amb 
les mans vermelles i els ulls somiosos.

Bona fresca / Bonne fraîcheur

Com un miratge a la costa
occitana, unes imatges de
les obagues pirinenques,

fresques, molles, fosques,
imperi de molsa i batracis
on el temps semble córrer

molt més lentament que pels
carrers ressecs de l'antiga
Besiers. Un somni de principis

de mes per guardar sencer, fins
al cor de la nit de pleniluni,
sota un ventijol imaginari

***

Comme un mirage sur la côte
occitane, quelques images des
ubacs pyrénéens,

frais, humides, sombres,
empire de mousse et de batraciens
où le temps semble couler

beaucoup plus lentement que dans les
rues desséchées de l'antique
Béziers. Un rêve de début

de mois à garder entier, jusqu'au
cœur de la nuit de pleine lune,
sous une brise imaginaire.

Abecedari d'amor / Abécédaire d'amour

La princesa fa anys. Tres.
Son pare li va comprar ahir
un abecedari de cartró.

Embolicat de verd, a les fosques
espera l'alliberament del dia,
per crear amb els dits de la menuda

tot un univers de mots i paraules.
Parlaran els porquets, miolaran
els humans i riurà la princesa.

***

La princesse fête ses trois ans.
Son père lui a acheté hier
un abécédaire en carton.

Emballé en vert, dans le noir,
il attend la libération du jour,
pour créer sous les doigts de la petite

tout un monde de mots et de paroles.
Les petits cochons parleront, les humains
miauleront et la princesse rira.

Hipàl·lage / Hypallage

Euga matinera
que estàs delejant la llum,
no sortis aviat.

***

Jument du matin
qui désire ardemment la lumière,
ne sors pas tôt.

Mans de fang / Mains de glaise

Mans del terrissaire,
brutes de fang del riu,
mai no us enamoreu ?

Tot el dia, per un jornal
ben modest, acaricieu
l'argila i hi afaiçoneu

corbes vives i panxes
rodones que us deixen
a la nit òrfenes de llim.

***

Mains du potier,
sales de terre de la rivière,
ne tombez-vous jamais amoureuses ?

Toute la journée, pour un salaire
fort modeste, vous caressez
l'argile et y façonnez

des courbes vives et des ventres
ronds qui vous laissent
la nuit orphelines de glaise.

Records escabellats / Souvenirs échevelés


El vent de la nit
escabella molts records.
Insomni fecund.

***

Le vent de la nuit
échevelle de nombreux souvenirs.
Insomnie féconde.

dimanche 2 août 2020

Un idioma secret / Une langue secrète

Un idioma secret, entre germans,
generació rere generació. Una
llengua reservada amb els seus

mots i girs, i una mateixa entonació.
Un idioma per riure i plorar, des del
bressol fins a la residència violeta.

Una parla a cau d'orella, amb soroll
de llavis i remor de campanes, un ús
tebi i plaent, per assaborir la vida.

***

Une langue secrète, entre frères, 
génération après génération. Une
langue réservée avec ses mots et 

ses tournures, et une même intonation.
Une langue pour rire et pleurer, depuis
le berceau jusqu'à la résidence violette.

Un parler au creux de l'oreille, avec un
bruissement de lèvres et de cloches, un
usage tiède et plaisant, pour savourer la vie.

Bosses / Sacs

Bosses plenes, blaves,
verdes, groguenques,
de cremallera tensa

i de teixit rialler.
Secretes, pintoresques,
repletes de roba d'estiu

i de muntanya i de qualque
secret, al fons més fosc
de la butxaca que, de cop

i volta, volaran molt alt
quan la cremallera es trenqui
o qualque bandoler les robi...

***

Sacs pleins, bleus,
verts, jaunâtres, à 
la fermeture-éclair tendue

et au tissu riant.
Secrets, pittoresques,
farcis de vêtements d'été

et de montagne, et de quelque 
secret, au fond le plus obscur
de la poche qui, tout à coup,

s'envoleront très haut quand 
la fermeture-éclair se brisera
ou quelque bandit les dérobera...

Agostejant

L'estiu m'invita a jugar
amb els mots i el seu sentit.
No haré mi agosto, com un banquer.

Tampoc m'agostejaré, cremant-me 
la pell al sol de justícia. No, 
només vull agostejar, en sentit 

intransitiu: deixar que passin 
els dies i les setmanes amb els 
nanos, jugant, xerrant i escrivint.

Escriure / Écrire

Escriure. Al matí.
Per compartir un gust,
un ressol, la flaire

d'una flor de muntanya.
Escriure versos curts,
falsament ràpids, com

en unes estovalles de 
paper. I enviar-los en
una ampolla de vidre

per la vasta mar nostrada.
Deixar que uns ulls amics
l'obrin i se n'amarin...

***

Écrire. Le matin.
Pour partager un goût,
un reflet, l'odeur

d'une fleur de montagne.
Écrire des vers courts,
faussement rapides, comme

sur une nappe en papier.
Et les envoyer dans
une bouteille en verre

sur la vaste mer bien à nous.
Laisser des yeux amis
l'ouvrir et s'en imbiber.

Com una mort petita

Acompanyes la lectura passada
de l'amic amb la teva, tan lenta
i plaent. Hores delicioses quan

li retrobes detalls petits, còmplices,
que ritmen la teva lectura i revifen
el seu record de molts anys enrere.

Aleshores arriba el moment gris
de tancar l'última pàgina del llibre,
porta de roure fosc, mort petita.